Un bénévole en vedette

Alex Willis, PHD - Research Grants Manager, Women’s College Hospital

   

1. Qu'est-ce qui vous a incité à participer au groupe de travail sur le développement professionnel ?
Je me soucie de l'avenir de la discipline de l'administration de la recherche et je voulais jouer un rôle direct dans la façon dont elle sera façonnée.

2. Veuillez nous parler de votre parcours (professionnel/bénévole/éducation)
Je suis gestionnaire des subventions de recherche au Women's College Hospital de Toronto. Auparavant, j'ai occupé des postes de responsable des subventions au Centre de toxicomanie et de santé mentale et à l'Université York (tous deux à Toronto). Je suis titulaire d'un doctorat en littérature anglaise de l'Université de Toronto et j'ai travaillé auparavant comme professeur, rédacteur et producteur de contenu numérique. Je suis actuellement mentor bénévole au Centre d'exploration des carrières de l'Université de Toronto, où j'aide les étudiants à transformer leurs expériences universitaires en opportunités professionnelles dans le paysage de l'emploi canadien, qui évolue rapidement.
 
3. Qu'est-ce que vous trouvez le plus gratifiant dans le bénévolat ?
Le renforcement de la communauté et ma propre croissance en tant qu'apprenant tout au long de la vie. Je crois en la création active de réseaux, et le mentorat est la meilleure façon de rassembler des esprits semblables pour créer des changements dans un domaine. J'ai également constaté que le mentorat est le meilleur moyen d'apprendre ce que les autres font et comment je pourrais faire les choses différemment.

4. Pourquoi pensez-vous que le programme de webinaires de l'ACAAR est important ?
La communauté de l'ACAAR est un énorme réservoir de talents et d'expertise. Encourager cette communauté à partager sa sagesse par le biais de webinaires profite à l'ensemble de la profession. Il n'est pas nécessaire que les personnes qui travaillent dans ce domaine aient l'impression de faire cavalier seul. Les webinaires sont essentiels pour combler les lacunes en matière d'expertise et pour créer une culture de l'excellence.

5. Pourquoi recommandez-vous aux autres de s'impliquer dans leur association professionnelle ?
Le réseautage et la croissance professionnelle. Le plus grand coup de pouce moral que j'ai reçu en tant qu'administrateur de recherche débutant a été d'entendre directement les histoires de personnes dont le parcours a précédé le mien. La plupart de mes difficultés étaient celles qu'ils avaient eues avant ou qu'ils continuaient à avoir. Outre le moral, la communauté est une précieuse caisse de résonance et un collectif avant-gardiste qui joue un rôle actif dans l'élaboration des méthodes de recherche au Canada. C'est un honneur de jouer un rôle dans cette entreprise avec des collègues comme ceux-là.

6. Pourquoi pensez-vous que le développement professionnel continu est important ?
L'éducation n'est pas une chose statique que l'on " possède " une fois que l'on a obtenu un diplôme ou un grade. C'est un objectif vivant que vous ne pourrez jamais atteindre, mais votre volonté d'apprendre et de changer définit votre capacité à être "éduqué". Le monde va continuer à changer autour de nous, il est donc de notre devoir de nous adapter. Le développement professionnel en est la clé : nous devons comprendre comment faire les choses différemment, tout au long de notre carrière. Que vous soyez l'apprenant ou l'enseignant, vous changez pour le mieux.

7. Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans le métier d'administrateur de recherche ?
J'aime l'interaction entre les éléments stratégiques, pratiques et académiques de l'administration de la recherche. Elle fait appel à presque tous les aspects de la pensée critique que je peux imaginer ! C'est une carrière tout à fait unique que j'aurais aimé connaître plus tôt dans ma vie universitaire. D'un autre côté, le fait de ne pas l'avoir connue m'a peut-être permis d'avoir un esprit vraiment ouvert lorsque j'ai envisagé pour la première fois ses possibilités !