Étudiant en vedette

Edward Mathenge - Research Associate, IWK Health

   

Quel poste occupez-vous actuellement ?

Présentement, je travaille à temps partiel en tant qu’associé de recherche en administration de la recherche du Bureau de services de recherche au centre de santé IWK à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

  

Pourquoi avez-vous d’abord adhéré à l’ACAAR ?

J’ai d’abord adhéré à l’ACAAR pour être admis au Certificat en administration de la recherche offert par le Collège Mohawk. Toutefois, les avantages d’être membre sont devenus rapidement évidents : accès à des séminaires sur l’avancement de carrière ainsi qu’à des ouvrages et des blogues rédigés par des leaders et professionnels de l’industrie, tous très au fait de l’information utile pour ceux qui souhaitent approfondir leurs connaissances dans le domaine. Le généreux tarif professionnel d’assurance automobile et habitation offert aux membres de l’ACAAR est également une agréable surprise bien appréciée.

  

Pourquoi avez-vous décidé de vous inscrire au Certificat en administration de la recherche ?

Après avoir passé près de 30 ans à travailler et à étudier en tant que chercheur scientifique en Europe, en Afrique, en Asie et en Amérique du Nord, j’ai décidé d’explorer la vie à l’extérieur du laboratoire tout en continuant de contribuer aux travaux importants et souvent décisifs menés dans le cadre de la recherche. Ce certificat attesté par l’ACAAR m’a donné l’occasion de m’orienter vers de nouvelles fonctions où je pourrais tirer parti utilement de mon passé professionnel et espérer offrir une perspective teintée de mon expérience personnelle (c’est ce que j’envisageais).

  

Comment vous organisez-vous pour réussir le Certificat en administration de la recherche ?

Personnellement, j’ai constaté qu’avec ce certificat il vaut mieux ne pas s’en mettre trop sur les épaules afin de tirer le plus grand profit du programme. Autrement dit, il faut s’inscrire seulement au nombre de cours auxquels vous pouvez consacrer toute votre attention. Je trouve qu’un ou deux cours c’est suffisant, surtout si vous devez les concilier avec des engagements professionnels (qui semblent surgir justement lorsqu’il faut remettre un gros travail). Il est aussi important d’être prêt à suivre le contenu du cours quel qu’en soit l’orientation et d’approfondir le plus possible les travaux et la matière associée. Ensuite, il faut rejoindre les groupes de discussion pour comparer vos idées ou pour discuter des résultats de vos recherches. J’ai trouvé que ces séances de clavardage entre camarades de classe, à chaque module du cours, donnaient accès à un caléidoscope riche en points de vue et expériences professionnelles variés, forgés dans différents milieux de l’administration de la recherche. Le fait d’exiger la participation de tous les étudiants a permis aux groupes d’acquérir une certaine compréhension de la diversité qui existe dans le domaine de l’administration de la recherche, ce qui n’aurait pas été possible uniquement avec les travaux de cours. Je crois sincèrement que les discussions de classe sont l’un des piliers majeurs du programme.

  

Comment restez-vous en contact avec les autres membres de l’ACAAR ?

J’espère continuer à échanger avec les autres membres de l’ACAAR avec LinkedIn, Twitter et le nouveau venu Slack. J’espère aussi que dans un proche avenir ce sera possible de rencontrer les membres à la conférence annuelle de l’ACAAR (peut-être lorsque la COVID-19 aura disparu, OU lorsqu’un vaccin efficace sera mis au point.)

  

Comment vous imaginez-vous dans cinq ans ?

Dans les cinq prochaines années et au-delà, j’espère continuer à apprendre comment mieux soutenir les excellentes recherches effectuées au Canada et ailleurs.